A comme Apéro : Celui de l'actualité, celui des réseaux sociaux. Voilà un sujet sur lequel je ne comprends pas que les gens sérieux ne se retrouvent pas dans un discours unanime. Pour ma part, je vous le fais sans nuances, je pense qu'une interdiction totale, définitive et généralisée de consommer de l'alcool sur la voie publique devrait être suffisante pour arrêter ces beuveries indignes d'un pays civilisé. A condition de faire appliquer la loi... comme toujours. Et qu'on ne me fasse pas le coup de la convivialité. Ou alors, faut le prouver. Réunissez-vous sans alcool, fraterniser, discuter, refaites le monde, la révolution même et je veux bien vous suivre. Pour le moment, vous montrez à quel point vous êtes les meilleurs exemples d'une société dépressive et surtout les acteurs et complices de celle-ci pas les victimes.

B comme Blanc : C'est dit. Laurent Blanc va remplacer Raymond Domenech. On remplace l'assurance par la fausse assurance, le charisme par la touillette, la gestion par la prétention et le fond par l'apparence. Si le but était de m'éloigner une bonne fois pour toutes de l'Équipe de France, c'est réussi. Hors la sympathie et la modestie d'Hugo Lloris, il ne restait que Raymond Domenech pour me faire vibrer un peu. Rien que pour lui, j'aimerais voir l'équipe nationale aller assez loin en Coupe du monde. Blanc à la place de Domenech, c'est Roberto Alagna succédant à Caruso, Sulitzer à Victor Hugo, Mike Brandt à Jean Ferrat.

C comme Cannes : Bah voyez-vous, je fais des efforts depuis des décennies avec ce Festival de Cannes. Je m'en veux de faire mon rabat-joie, d'avoir l'argument-cliché et la critique primaire. Mais, ça ne passe pas. Je continue à ne voir QUE des paillettes et du superficiel. Je sais bien tout le reste et nombre de mes amis ont des arguments sérieux à m'opposer. Mais je ne sais pas. Toujours prêt à dire aux autres que le changement et la remise en question personnels sont la solution à tout, j'avoue mon inertie sur cette affaire.

D comme DSK : J'aime quand l'actualité politique frétille, même deux ans avant les échéances. DSK est à l'honneur. Et on s'amuse à tous les pronostics de stratégies. Je continue à penser que DSK ne se présentera pas. (voir mon billet de novembre). Aucun intérêt pour lui de perdre face à Sarkozy. En revanche, foutre un peu le boxon au PS, c'est de bonne guerre et on pourrait l'aider on le ferait avec plaisir.
Que tous ceux qui veulent se débarrasser de notre Président et jurent, la main sur le cœur, que si le Strauss-Kahn providentiel se présentait, ils voteraient des deux mains pour changer de politique, que tous ceux-là réfléchissent un peu. En ces temps difficiles les solutions sages sont peu nombreuses et les politiques sages qu'ils se prénomment Nicolas ou Dominique n'ont pas beaucoup de recettes ; alors ils appliquent les mêmes. Et quoi qu'ils disent les uns et les autres, c'est bien la même chose qu'ils feront. D'ailleurs, ils le font déjà.