Arrogant. C'est le mot à la mode pour désigner quelqu'un dont le raisonnement nous dépasse.
On entend ça partout, à toutes les sauces.
Au lieu de louer l'intelligence d'un propos qu'on ne saisit pas, on traite son auteur d'Arrogant.
Pour peu qu'on soit un peu structuré, on est arrogant. Où va-t-on ?

Aveu de faiblesse peut-être, ou de médiocrité. Pour ma part, je ne trouve personne arrogant. Je pense que chacun peut s'exprimer comme il l'entend. A moi de trier, pas de juger. Que le comportement d'untel m'apparaisse erroné et j'essaierai de le démontrer par un argument, sinon je m'abstiendrai. A quoi me servirait-il de traiter la personne d'arrogant ? C'est humiliant et cela peut atteindre l'Être.

J'ai déjà parlé ici de la démagogie galopante consistant à dénigrer tout ce qui ressemble à de l'intelligence. Nous sommes ici dans le même registre. Car jamais personne n'a vu qu'on traitait un imbécile d'arrogant. C'est, bizarrement, toujours un esprit plus intelligent ou plus mature ou plus évolué qu'on cherche à rabaisser.
Rabaisser quelqu'un n'a jamais élevé personne. Le perdant-perdant, ça existe aussi.

Ce serait tellement plus beau, plus généreux, plus fraternel, plus constructif que d'écouter, s'informer, prendre et apprendre, analyser, chercher, s'informer... s'élever par la pensée de l'Autre même si on n'est pas d'accord.

Car ce n'est pas parce qu'on ne comprend pas quelque chose que c'est faux.
C'est même l'occasion qui nous est offerte d'évoluer, plutôt que de stagner en exprimant une critique, ciblée sur l'individu, et pas sur ses propos. Ce serait l'occasion d'échanger et de construire.
Qu'elle serait belle cette société apaisée, pacifique et fraternelle !

Comment la créer si on ne commence pas par soi-même... quelle que soit l'action de l'Autre.