Tous les dimanches ici, c'est  Page Blanche. Chacun gribouille ce qu'il veut.

Aujourd'hui, c'est moi qui commence. En racontant ma journée de samedi :

En fin d'après-midi, je passe saluer mon ami Patrick Mottard sur son stand du Salon du Livre. J'étais passé la veille sans succès, il participait à un plateau radio. Plus tard, j'étais passé sans pouvoir m'arrêter tant la foule des fans était compacte. Les grosses vedettes médiatiques du Salon ne faisaient pas mieux. Je finis par me faufiler et obtenir ma poignée de main.

Heureux homme, il me fait part du plaisir qu'il a à participer à cette manifestation. Il ajoute "Si je peux me permettre un conseil, écris un bouquin et présente-le ici, tu passeras des journées formidables". Je n'ai pas eu le temps de lui répondre alors je vais le faire ici :

"Écoute Patrick, je viens de passer une journée formidable et sans avoir besoin d'écrire un bouquin. Ce matin, j'étais sur la plage à relire Marc Aurèle grâce à un supplément du Philosophie Magazine que m'a envoyé mon ami Didier. En début d'après-midi, j'écoutais Régis Debray interviewé par Franz Olivier Giesbert au Salon du Livre. De là, je filais au CUM pour écouter Claude Allègre interviewé par... par le même FOG. Quel bonheur de s'approcher de l'intelligence ! J'étais aux anges, un enfant bouche bée. C'est vraiment beau l'intelligence ! Et comme un point final j'ai le plaisir d'être là. Voilà Patrick des journées formidables comme celle-ci, j'en voudrais tous les jours. Et l'intelligence à tous les coins de rue aussi. Demain je serais bien allé écouter Max Gallo au même CUM, mais les futurs vainqueurs de la Coupe du Monde jouent à 16 h et je serai devant ma télé. Un samedi formidable, Patrick, assurément"