24 juin 2010

L'Amour à trois

"Ne faisons plus l'amour"Raymond lança la phrase comme une révélation qu'il voulait partager, un acte héroïque pour sauver l'humanité, un cri de ralliement derrière une mission devenue évidente.Encore une croisade à mener, se dit-il. Il était l'Élu, celui qu'on avait désigné pour apporter la bonne parole.Il avait toujours accordé plus de crédit à la valeur d'exemple qu'au diktat. Aussi, il modifia sa lettre de mission. Je ne ferai plus l'Amour, criait-il dans les rues. En ces temps de retour à l'ordre moral et de puritanisme... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2010

Arrogant

Arrogant. C'est le mot à la mode pour désigner quelqu'un dont le raisonnement nous dépasse.On entend ça partout, à toutes les sauces.Au lieu de louer l'intelligence d'un propos qu'on ne saisit pas, on traite son auteur d'Arrogant.Pour peu qu'on soit un peu structuré, on est arrogant. Où va-t-on ? Aveu de faiblesse peut-être, ou de médiocrité. Pour ma part, je ne trouve personne arrogant. Je pense que chacun peut s'exprimer comme il l'entend. A moi de trier, pas de juger. Que le comportement d'untel m'apparaisse erroné et j'essaierai... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
16 juin 2010

Défaut d'analyse

Il a écrit une lettre que je suis censé vérifier avant envoi.Il se dit nul en orthographe et en "écrit". J'ai plutôt la réputation de faire peu de fautes et de savoir "tourner les phrases".Aussi, Il me fait confiance. Me faisant confiance, il n'a pas besoin de se faire confiance à lui. (Mais nous en parlerons plus tard) Je relis le courrier et je constate qu'on peut scinder la lettre en trois parties égales :Première partie : L'écriture est ferme et assurée. Les phrases sont correctes et simples. L'idée est bien... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 juin 2010

Adulte

Je trouve que l'on manque d'exigence en définissant quelqu'un d'Adulte. On, c'est nous mais aussi les définitions officielles. Adulte. Une question d'âge ? Un peu facile. Trop facile. On acquerrait le statut d'Adulte sans rien faire. En attendant que le temps passe.C'est, bien entendu, désolant, mais c'est surtout injuste. Aucun mérite, aucun effort et on est Adulte. Combien d'adultes ont des comportements d'adolescent, d'enfant même ? Les mettre sous tutelle serait trop radical et fascisant, mais l'idée passe, on ne peut le nier. ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
31 mai 2010

Les gens vont mal

Notre œil est-il plus aiguisé, nos oreilles plus réceptives ? Sommes-nous moins pudiques, plus confidents, plus exigeants ?Un peu de tout cela.Toujours est-il que chacun fait l'expérience que les gens vont mal.Bien sûr, ce sont nos propres doutes, nos questionnements, nos maux à nous qui nous révèlent ceux des autres. Et plus les gens vont mal, plus ils le voient, plus ils l'admettent même, plus ils continuent à chercher sous le réverbère les clés qu'ils ont perdu ailleurs.Et  la vie moderne et son actualité n'étant pas avares... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 mai 2010

Y'en a qui doutent de rien

Ils ont les coups de foudre un peu trop successifs et les montées de sève un peu trop printanières, pour être honnêtes.Désinhibés par le soleil, c'est, la parole grasse, qu'ils déclarent leur flamme à la première robe fleurie. Sans vergogne, ils foncent. La littérature et le cinéma leur ont expliqué que la chance sourit aux audacieux. Un cocktail audace et vulgarité chauffé au printemps leur donnera du cœur à l'ouvrage. Qu'importe la manière, la faim justifie les moyens.Le ridicule ne tue pas et on peut le déplorer. Amoureux d'une... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

25 mai 2010

L'action refuge

Rester immobile ne fait pas beaucoup avancer, dirait n'importe quel imbécile.Certes. Mais, agir pour agir, se réfugier dans l'action, ne donne pas de meilleurs résultats. C'est pourtant devenu très tendance. Cumulards et brasseurs de vent sont légion. Les mini-cartes de visite ne font plus l'affaire, il faut des parchemins pour lister les fonctions. Père de famille et acteur amateur, comptable et bouddhiste, membre du club de macramé et pianiste à ses heures, parent d'élève et touriste, cuistot du dimanche et marathonien, président... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 mai 2010

Tous des menteurs !?

Jadis, on nous expliquait que mentir c'était mal, que la vérité et l'honnêteté étaient des valeurs absolues, que le grand méchant loup pourrait nous manger dans la nuit ou le nez de Cyrano nous pousser illico, s'il nous venait l'idée de proférer un mensonge. Les temps ont changé. Quelques esprits moins rigoureux ou moins rigides, c'est selon, sont passés par là.Les uns de nous expliquer que toute vérité n'est pas bonne à dire, d'autres d'y ajouter des nuances avec le secours de l'omission, et les plus malins de se draper de charité... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
11 mai 2010

Quand la raison crée l'émotion

C'est souvent la raison qui me crée de l'émotion.Je m'explique. Une mode pseudo humaniste nous rappelle naïvement d'écouter nos émotions. Et, bien entendu, on oppose l'attitude à celle qui consiste à écouter sa tête et à privilégier sa réflexion.L'excès est ridicule. Comme les modes.Passons sur l'interprétation des définitions. Le ressenti élevé au rang de vérité, l'intuition assimilée à la voyance, l'intelligence taxée de froideur ou l'analyse accusée de tourner sur elle-même.Il faudrait choisir son camp. Basculer.Les rêveurs ne... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 avril 2010

La déception

Il y a bien une façon de ne pas être déçu par les autres. C'est de n'en attendre rien. Mais la misanthropie guette.Aussi, on laisse encore une chance, et encore une autre et encore une autre. On se dit responsable d'avoir trop rêvé, idéalisé, imaginé.Pourtant, on avait bien pris la précaution de se faire tout petit, de prendre l'autre comme argent comptant, de ne rien interpréter, de faire l'enfant, l'innocent. L'autre savait. L'autre était.Nous avions tout à en apprendre. Au diable nos préjugés et nos premières impressions. Nous... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]