29 juin 2010

Daniel et Daniel

En plus de leurs prénoms Daniel et Daniel ont quelques points communs. Il leur faut accaparer l'attention, c'est leur oxygène. Sans le rôle de vedette, ils ne peuvent survivre. Alors, chacun à sa manière, ils fanfaronnent, ils occupent l'espace, ils aimantent les "bon public". Pas dans le même style, ils ont été beaux gosses dans leur jeunesse et les succès faciles leur ont fait croire des choses qui empêchent de se construire. Spécialistes en apparence et bouffonnerie, ils font illusion longtemps auprès du plus grand... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 juin 2010

Les femmes sont plus belles dans les aéroports

Déjà paru chez Claudiogène le 20 février 2008Les femmes sont plus belles dans les aéroports. Et les larmes plus chaudes aux portes des embarquements.Plus luxueux qu'un quai de gare, le Terminal livre sa fonction en disant son nom. Les portes coulissantes guillotinent les couples et séparent les passions. Coupleret.Exécution... publique.Place de Grève, souvent des grèves. Pour pendre l'heure, l'air est grave.La sentence est toujours la même. L'un s'en va et c'est souvent le même. L'autre reste et c'est souvent le même. L'un ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 juin 2010

Un vieux drap de coton blanc

C'est un vieux drap de coton blanc à la bordure ajourée. Il est lourd et pourtant frais. Deux grosses initiales sont brodées en haut et au centre, à l'endroit où, le repliant, les lettres peuvent trôner. A et V. Comme un blason, elles donnent à la pièce entière une prétention involontaire et une fierté de propriétaire. Son contact est rêche et agréable. La mémoire s'en imprègne pour toujours.Il aurait pu sortir d'une malle familiale, aurait traversé les générations, côtoyé les sachets de lavande et fricoté avec l'amidon. C'est sans... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
21 juin 2010

Leader Nice

Il est 19h 35. Je cherche à garer mon véhicule. Le supermarché ferme ses portes. Les containers de poubelles sont déjà dehors. Trois femmes y plongent la tête. Un frisson me traverse le corps des orteils au cuir chevelu. Je passe.Le temps de réaliser la chose, que je repère une place de stationnement en face de l'autre supermarché de la rue. C'est long le temps d'un créneau. Très long.La scène, je l'ai déjà vue à la télévision mais là, elle prend un poids supplémentaire. Cela se passe dans la rue voisine de la mienne et je me dis que,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
20 juin 2010

L'assassine

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 juin 2010

L'accordéoniste

On l'appelle Marcel. C'est un type plus qu'aimable, il est avenant et toujours souriant. L'extraversion envahissante, il accueille, il enveloppe, il emprisonne avec sincérité.Émotif-Actif-Primaire et gros nounours, il impressionne son monde. Force de la nature infatigable, c'est un bûcheron d'appartement.Il est partout. Vous le croyez dans la pièce d'à côté et il est là. Il sort et réapparait. Est-il plusieurs sans qu'on le sache ? Ouvrez la bouche, il finit vos phrases. Vous voilà condamné à l'introduction de ses propres histoires.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 juin 2010

Particules particulières

L’hôtel de la Gare à Grenoble ? Chambre 22. L’Eden à Saint-Aubin-sur-mer ? Chambre 2. Et l’Alp hôtel dans les Pyrénées, chambre 222. Il alla même jusqu’à 2022 dans une capitale oubliée du bout du monde.Il en mit du temps à comprendre. Depuis toujours les chambres « 2 » le poursuivaient. Pour quel signe ? Pour quel bien ?Des chambres à particule, noblesse digne de son raffinement ? L’explication lui convenait. Il la valida en attendant mieux. Aussi, quand Mathilde lui donna rendez-vous sur la plage du Casino un 2 juillet à 14 heures,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
07 juin 2010

Artefact

"Voilà, Docteur, je viens vous voir pour mon mari. Il ne va plus du tout.Mais quelle idée !Pour une fois que je me suis rebellée, que j'ai insisté pour regarder Arte plutôt que me taper l'éternel match de foot qui ressemble à tous les autres. Pour une fois que j'ai eu gain de cause. Pour une fois, j'aurais mieux fait d'avaler ma langue.Car figurez-vous qu'Arte a mené, en l'espace d'une heure, mon homme à la déraison.Maintenant, je sais. Il est fou.Ce soir-là un reportage relatant le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle a... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juin 2010

Maeva

Adolescente, elle avait une passion pour l'astrologie. Incollable sur les ascendants, les décans, les maisons et autres balivernes. Elle n'acceptait le dialogue qu'avec des signes d'eau et de terre, composait les couples et mettait les nouveaux-nés en case, pour la vie.Maeva épousa le Taureau ascendant Poissons dont elle avait rêvé et fit deux enfants dans l'eau aux ascendants roulette mais aux signes calculés. Tant pis s'il avait fallu déclencher le second.Puis cela lui passa, un peu. Elle changea de créneau et de credo, mais resta... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
29 mai 2010

Manifestations d'humeurs

L'actualité, bonne copine, m'offre l'occasion, trop belle, de servir ici pour la énième fois l'un de mes billets préférés. Certains de mes visiteurs le détestent. C'est comme ça. La manifestation battait son plein. Les masses populaires vociféraient et crachaient des slogans primaires à l’endroit des policiers, de l’Etat, des patrons et autres autorités moins bien définies. Elle arborait une chasuble sur  laquelle une main maladroite avait dessiné le cercueil d’un mort nommé "Ecole". Elle hurlait et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]